dimanche 16 juin 2019

Au bec d'Andaine

Sortie au Bec d’Andaine le dimanche 16 juin


    Nous étions 11 participants à cette dernière sortie printanière avant la trêve estivale
    Au cours de la matinée nous avons parcouru plusieurs milieux très différents : le bocage, la dune et l’estran ce qui nous a permis bien évidemment de voir de nombreuses espèces.

    A notre arrivée sur le parking du Bec d’Andaine à Genêts, aux abords des bâtiments nous trouvons les passereaux les plus communs : le rougegorge familier, le pinson des arbres, l’étourneau sansonnet, le pigeon ramier, le pouillot véloce, le merle noir, la fauvette à tête noire, le moineau domestique, le chardonneret élégant, le troglodyte mignon, la corneille noire et la pie bavarde.
    Dans le boisement entourant les habitations il y avait également un bruant zizi chanteur, une tourterelle des bois et le serin cini eux aussi également chanteurs. Le serin cini est commun sur la côte pour peu qu’il trouve quelques résineux, son chant se compose d’une trille grinçante au ton uniforme.
    Lorsque que nous arrivons sur la dune dont la zone a considérablement augmentée ces dernières années. L’alouette des champs se fait entendre : oiseau des milieux ouverts elle est abondante sur la côte dans les dunes et les herbus mais elle est en grande diminution dans nos campagnes, elle a la particularité de chanter longuement en vol stationnaire pour marquer son territoire.
    Coup d’œil sur l’estran, où la mer a déjà bien  baissé, nous apercevons des centaines de tadornes de Belon, joli canard marin qui actuellement remontent vers le nord pour muer aux abords de la mer des Wadden en Allemagne du Nord.
    C’est le moment également où les limicoles commencent à se nourrir. comme ces 120 huîtriers pie, 17 courlis cendrés et quelques pluviers argentés. Les laridés étaient également présents, les mouettes rieuses de retour déjà depuis une quinzaine de jours, des goélands argentés et marins ainsi qu’une aigrette garzette.
    Nous nous dirigeons alors vers les dunes situées au nord du Bec pour aller à la  rencontre des hirondelles de rivage.
    Après une petite marche d’environ 500 mètres nous arrivons devant une petite colonie de cette espèce. Visiteuse d’été, comme ses cousines les hirondelles rustique et de fenêtre, elle est cependant moins connue car moins nombreuse et elle ne  niche pas dans nos villes ou campagnes sur les bâtiments.

    Elle niche en colonies dans les dunes, les sablières ou bien les rives des fleuves, dans la région elle est présente en grand nombre mais ce n’est pas le cas partout en Normandie.
    Le secteur dunaire entre le Bec d’Andaine et Saint Jean le Thomas abrite plusieurs colonies importantes dont certaines dépassent la centaine de cavités.
L'orchis bouc, à l'odeur plutôt ... marquée !
    De petite taille, 12/13 cm seulement, elle est reconnaissable à sa couleur brune et à son collier brun qui barre sa poitrine blanche.
Lors de notre arrêt devant la première colonie, qui compte tout de même une cinquantaine de nids, nous avons la chance de voir à l’entrée d’un nid, 4 jeunes prêts à l’envol qui nous regardaient également se demandant ce que faisait cette troupe de bipèdes.
    Après nous avons parcouru l’arrière-dune située en partie sur l’ancien parking revégétalisé et où plusieurs mares ont été aménagées.
Le secteur commence a être colonisé par les buissons, ce qui convient à l’accenteur mouchet, le traquet pâtre dont au moins 4 couples ont été vus dont 1 nourrissant des jeunes volants.
    Autres espèces : la cisticole des joncs, fauvette méditerranéenne très sensible au froid mais arrive à se maintenir mais si elle est décimée lors des hivers rigoureux comme 2013.
    Le pipit farlouse était également présent, pour marquer son territoire il s’élève en l’air en chantant et redescend en faisant le parachute les ailes ouvertes.
    L’arrière dune est  milieu favorable aux orchidées ainsi nous avons pu admirer l’orchis bouc et l’orchis pyramidal présents en grand nombre.

    Dans cette zone « ouverte » l’hirondelle rustique et le martinet noir viennent chasser les insectes et se désaltérer sur les mares.
Dernières observations sur le chemin du retour : la fauvette grisette, la linotte mélodieuse et la bergeronnette grise qui apprécient la présence de chevaux dans les prairies naturelles.

    Au total ce sont 35 espèces d’oiseaux qui ont été vues ou entendues au cours de la matinée.


Merci à Eric Mauduit d’avoir fait la liste des espèces observées au cours de la sortie.

Texte et photos : Luc Loison

lundi 27 mai 2019

Les sablières de Ducey le 19 mai 2019

Sortie du dimanche 19 mai aux sablières de Ducey


Nous étions 21 pour cette sortie dans les sablières de Ducey encadrés par Didier Guillon.

    Ces anciennes carrières de sable s’étendant sur 9 hectares. Exploitées depuis les années 60, elles sont maintenant en grande partie abandonnées, revégétalisées et couvertes de buissons et d’arbustes. En partie basse, l’exploitation actuelle a créé un plan d’eau où l’exploitant a laissé en place deux ilots sur le conseil du GONm.
Ronciers, arbustes

    En quelques décennies la nature reprend ses droits si on lui en donne le temps.
Dans cette jungle buissonnante les premières espèces entendues à notre arrivée sont la tourterelle des bois, le bouvreuil pivoine et le coucou gris. La tourterelle des bois est une visiteuse d’été, maintenant peu répandue dans nos contrées. Son chant « turrrr-turrrrr-turrrr » est doux et apaisant.
La tourterelle des bois

    Dans les buissons les fauvettes à tête noire et des jardins, le pouillot véloce, le rougegorge familier ainsi que l’hypolaïs polyglotte sont bien présents et se font entendre. Cette dernière à la gorge et à la poitrine jaune est assez facile à observer car elle se poste souvent au sommet des buissons pour chanter.
le pouillot véloce

    A l’intérieur du site, il y a des milieux plus ouverts avec quelques bâtiments, des zones de dépôts mais aussi un grand plan d’eau avec 2 îlots.
Bruant zizi, le mâle

    Près des bâtiments le rougequeue noir a été entendu ainsi que l’accenteur mouchet, la bergeronnette grise. Le bruant zizi, reconnaissable à son masque noir et jaune a été longuement observé chantant au sommet d’un vieux résineux. Dommage que tous les oiseaux ne soient pas aussi faciles à observer !

    Le point d’orgue a été, sans nul doute, l’arrêt au bord du grand plan d’eau où se tenait une bonne trentaine de foulques macroules reconnaissables à leur front blanc, 1 couple de tadornes de Belon, 1 bergeronnette des ruisseaux, plusieurs canards colverts, 1 chevalier guignette et le grèbe castagneux.

Foulque macroule au nid, chevalier guignette
    Actuellement la reproduction bat son plein chez les oiseaux et nous avons pu observer un nid de foulque macroule contenant 4 œufs et 5 poussins à proximité immédiate, une famille de canard colvert composée de 8 canetons ainsi qu’une petite colonie d’hirondelles de rivage au bord de plan d’eau, vestige d’une grosse colonie qui nichait ici lorsque les sablières étaient exploitée plus haut, engendrant un front de taille important.

Une cane colvert et ses 6 poussins
    Au-dessus du plan d’eau ou ses abords, l’hirondelle rustique et de fenêtre, le martinet noir ont été notés.
Avec son caroncule rouge, le mâle du tadorne

    Autres observations remarquables : le pic noir en vol, le gobemouche gris cantonné, la buse variable et le faucon crécerelle.

Le verdier ... en vol !
    A noter la quasi absence des espèces cavernicoles, seule la mésange charbonnière a été entendue.
Au total ce sont 42 espèces qui ont été identifiées au cours de cette sortie.

    Merci à Didier Guillon qui a fait découvrir ce lieu caché et la SA Mangeas qui nous a ouvert sa propriété.
Dans un tube de cette trieuse, des mésanges charbonnières ont niché en 2010 !

Liste des oiseaux observés :
    Grèbe castagneux, grand cormoran, canard colvert, tadorne de Belon, faucon crécerelle, buse variable, foulque macroule, gallinule poule d'eau, chevalier guignette, tourterelle des bois, pigeon ramier, pic noir, coucou gris, martinet noir, hirondelles de rivage, de cheminée et de fenêtre, accenteur mouchet, bergeronnettes grise et de ruisseaux, troglodyte mignon, merle noir, rougequeue noir, grives musicienne et draine, rouge-gorge familier, hypolaïs polyglotte, pouillot véloce, fauvette à tête noire et des jardins, mésange charbonnière, bouvreuil pivoine, pinson des arbres, verdier d'Europe, bruant zizi, linotte mélodieuse, corneille noire, étourneau sansonnet, moineau domestique, geai des chênes et pie bavarde. Soit 41 espèces ! Auxquelles on peut ajouter un ragondin et un lapin de garenne.

Compte-rendu : Luc loison
Liste : Didier Guillon
Photos : Robert Chevalier, Luc Loison, Jean Collette

Un nid de frelons asiatiques de l'an dernier. A l'automne, les étourneaux l'ont attaqué pour manger les larves restantes.

Prochains rendez-vous :
Samedi 15 et dimanche 16 juin, à Vains : Fête de la bio à la ferme des carameuh : le GONm y tient un stand et propose une sortie le dimanche matin à 9h, rdv au parking du Bec d'Andaine, à Genêts, à la recherche de l'hirondelle de rivage.
Contact : Luc Loison 02 33 58 11 78

Mercredi 10 juillet le "café ornitho" à 20h30 au foyer Bindel, place d'Estouteville à Avranches : rencontre entre adhérents, sympathisants autour des quelques photos, d'un verre et des nouvelles ornithologiques des la baie et du Sud Manche
Cntact : Thierry Grandguillot 02 33 68 39 16




dimanche 7 avril 2019

Genêts

Dimanche 7 avril, à Genêts


    Au cours de notre sortie, nous avons exploré plusieurs milieux différents : le bourg de Genêts, l'herbu, un petit bout de bocage et enfin la roselière.
huppe fasciée

    Les premières observations, sur l'herbu bordant le parking, nous offrent une perle : un huppe fasciée en transit dans son voyage de retour d'hivernage, se pose et se laisse longuement observer. Dans l'herbe courte, elle progresse à grandes enjambées et utilise son long bec fin arqué pour recherche des insectes au sol.
Grive musicienne

    Plus loin, des aigrettes garzettes, des tadornes de Belon, qui parfois se poursuivent, un busard en maraude … L'alouette des champs, le pipit farlouse chantent en vol dans ce milieu pauvre en perchoirs. Le traquet motteux est de passage, un groupe de courlis cendrés silencieux rejoignent l'estran. Au loin, des huîtriers pies laissent voir leur plumage contrasté.
Le nid de l'hirondelle de fenêtre

    Le bourg, avec ses maisons anciennes et ses jardins, nous montre que les hirondelles de fenêtre sont arrivées ; elles fréquentent les nids de l'an dernier, restaurent et chassent, en compagnie de quelques hirondelles rustiques. Le serin cini s'entend pas loin du parking. Les choucas des tours sont sur les cheminées où ils font leurs nids avec de grandes quantités de brindilles.
Hirondelle rustique

    Aux abords du bourg, quelques haies abritent des chanteurs d'accenteurs mouchets, des fauvettes à tête noire, des pouillots véloces. Des linottes mélodieuses vont des arbres à l'herbu. Un geai qui transporte une branchette nous offre un utile indice de nidification. Pour cet oiseau, discret au printemps, c'est une information précieuse.
Linotte mélodieuse

    La roselière (un endroit où poussent les roseaux) est plus difficile à explorer, il est si facile de s'y cacher. Le râle d'eau, à plusieurs reprises, lance son étrange cri de cochon fâché. Un bruant des roseaux, calme, nous donne le temps de pointer la lunette. Un rapace, probablement un busard des roseaux, nous survole et disparaît. Un courlis corlieu de passage insiste en criant « kieu kieu kieu ! »
Bruant des roseaux

    Une sortie exceptionnelle par le nombre d'espèces (44 en une matinée, c'est beaucoup) et par la qualité des observations, dans une belle lumière : huppe, hirondelles, bruant, traquet, pipit …
Fauvette à tête noire

Liste des oiseaux observés :
  1. l'huîtrier pie
  2. le pouillot véloce
  3. le troglodyte mignon
  4. la tourterelle turque
  5. la linotte mélodieuse
  6. le serin cini
  7. le chevalier cul-blanc
    Grive draine
  8. l'aigrette garzette
  9. le pinson des arbres
  10. le rouge-gorge familier
  11. le pigeon ramier
  12. l'accenteur mouchet
  13. le tadorne de Belon
  14. l’étourneau sansonnet
  15. la huppe fasciée
  16. le verdier d'Europe
  17. le traquet motteux
  18. le busard Saint-Martin
  19. l’alouette des champs
  20. la grive draine
  21. l'hirondelle rustique
  22. l'hirondelle de fenêtre
  23. le choucas des tours
  24. le pigeon biset
  25. le corbeau freux
  26. la grive musicienne
  27. Moineau domestique
    le rougequeue noir
  28. le moineau domestique
  29. la fauvette à tête noire
  30. le pipit farlouse
  31. la mésange charbonnière
  32. le faisan de Colchide
  33. le canard colvert
  34. la cisticole des joncs
  35. la bourscarle de Cetti
  36. le bruant des roseaux
  37. le râle d'eau
  38. le courlis corlieu
  39. le geai des chênes
  40. la buse variable
  41. le chardonneret
  42. la tarier pâtre
  43. la mésange bleue
  44. le coucou gris
Texte : Thierry Grandguillot
Photos : Pascal Dadu et Thierry Grandguillot
Liste : Sébastien Crase
Courlis cendrés

Prochaines animations :

15 mai : café ornitho
RDV à 20h30 au foyer du Commandant Bindel, place d'Estouteville à Avranches
(contact Thierry Grandguillot 02 33 68 39 16)

19 mai : sablières de Ducey   
RDV à 8h45 place du Jardin des Plantes d’Avranches pour le covoiturage
9h place de l’église à Ducey
(contact Didier Guillon 06 74 84 35 76)

16 juin : à la recherche de l’hirondelle de rivage
RDV 8h45 place du jardin des plantes d’Avranches pour le covoiturage
 9h parking du Bec d’Andaine à Genêts

(contact Luc Loison 02.33.58.11.78)

Le rougequeue noir chante
Choucas des tours
Pouillot véloce
pour le plaisir ...
Bon, celui-là, on ne l'a pas vu ensemble, mais en examinant sa dernière photo, Pascal constate qu'il s'agit d'un coucou gris ! Queue longue, ailes longues, bec assez fin et recourbé, couleur dominante grise.




dimanche 17 mars 2019

Le Bois Dardennes à Ducey



Sortie du 17 mars 2019 au bois Dardennes à Ducey


    Nous étions 9 pour cette 3ème sortie de l’année 2019, dont une journaliste d’Ouest France, par un temps bien de saison ponctué de giboulées de pluie et de grêle. A quatre jours du printemps les oiseaux sédentaires sont maintenant bien cantonnés et chantent afin de défendre leur territoire.

Sittelle torchepot
    A notre arrivée sur le parking du bois, nous entendons la sittelle torchepot, petit passereau  arboricole mesurant de 12 à 14 cm de long qui se repère facilement à son chant sifflé assez lent montant ou descendant. Elle vit dans les bois et parcs anciens suffisamment étendus et composés de vieux arbres, dans notre zone elle a fuit le bocage maintenant très ouvert.

Sittelle torchepot
    Son nom de torchepot vient du fait qu’elle a l’habitude de maçonner l’entrée des cavités où elle niche afin qu’elle soit à sa taille. Le bois Dardennes est un bastion pour l’espèce dans l’Avranchin et nous avons eu la chance d’observer cet acrobate des branches capable de descendre les troncs et les branches la tête en bas plusieurs fois au cours de la sortie.

La mésange charbonnière
    2 autres espèces arboricoles sont également très présentes le grimpereau des jardins qui parcourt lui aussi inlassablement les troncs et branches pour rechercher sa nourriture ainsi que la mésange charbonnière.
Trois autres espèces de mésanges ont été observées la mésange bleue, la mésange nonnette et la mésange à longue queue  dont 1 individu transportait une plume destinée à la construction d’un nid. Il s’agit là d’un indice nicheur probable pour le l’atlas des oiseaux nicheurs dont nous allons entamer la dernière année.

La mésange à longue queue prépare son nid
    Trois espèces de pics ont été entendues ou vues : le pic vert qui se tient à l’extérieur du bois, le pic épeiche dont 3 individus ont été vus ensembles et le pic mar. Ce dernier trouve un de ses derniers refuges au bois Dardennes. C’est un oiseau très discret et farouche, à cette saison il se fait entendre et son chant nasillard fait penser à un cri de cochon ressemblant un peu à celui du râle d’eau ; nous l’avons entendu à 2 reprises sans pouvoir, hélas, l’observer ; Il semble que 5 couples soient présents sur l’ensemble de ce bois.

Mésange à longue queue
    De nombreux  autres chanteurs ont été entendus : le merle noir dont les populations semblent s’être reconstituées après l’hécatombe virale de l’été dernier, le troglodyte mignon, la grive draine (2 chanteurs), la fauvette à tête noire, le pouillot véloce et  le pigeon ramier.

Le nid d'écureuil comprend de nombreuses feuilles
    Deux espèces de rapaces ont été observées lors de notre parcours, la buse variable et l’épervier d’Europe  qui survolait le bois à bonne hauteur ce qui est assez inhabituel.
    Trois espèces de corvidés ont également notées : la corneille noire, le choucas des tours, et le geai des chênes ;

    Plus surprenant un bruant zizi était perché dans un arbre en lisière côté Sélune et un roitelet a été entendu mais l’espèce n’a pu être déterminée avec certitude.

    Nous avons aussi eu la chance de voir un écureuil se déplacer avec adresse dans la frondaison des arbres, l’espèce est bien présente car nous avons vu pas mal de nids construits de branches et feuilles.
Au total 24 espèces ont été identifiées en 2 heures et dès le lendemain un article est paru dans Ouest France montrant au grand public la richesse de ce site et la nécessité de gérer « durablement » nos forêts afin de préserver la biodiversité.


Liste des oiseaux observés :

    le geai des chênes
    le choucas des tours
    le rouge gorge familier
    l’étourneau sansonnet
    le pigeon ramier
    la grive draine
    le goéland argenté
    le merle noir
    le troglodyte mignon
    l' écureuil roux
    le pic épeiche
    la mésange charbonnière
    le pic vert
    le corbeau freux
    le pinson des arbres
    l'accenteur mouchet
    la mésange à longue queue
    le pouillot véloce



Compte-rendu : Luc Loison
Liste : Sébastien Crase
Photos : Pascal Dadu